Pour l'anecdote, Alexandre Gauthier a repris l'auberge familiale après avoir été rappelé par son père qui a mené la barre pendant 28 ans. A l'époque, Roland "ne cuisinait pas des ragouts, pas des mijotés, pas de l’auberge, mais des plats qui à l’époque étaient considérés comme de la haute gastronomie." Alexandre est arrivé dans ce contexte, avec la ferme envie d'imposer un style percutant, délicat, tantôt impertinent, une empreinte déjà très forte. Son père, fidèle témoin et soutien l'a laissé faire. C'était en 2003. En 2009, Gauthier a réalisé des travaux lourds menés par Patrick Bouchain. Il a conservé la carcasse, quelques grenouilles, mais a totalement remanié, repensé, investi le moment de restaurant. Aujourd'hui, La Grenouillère "n'a pas vocation à nourrir" aime t'il répéter.

À 33 ans, Alexandre Gauthier semble aujourd'hui laisser la place à la mémoire. Sa nouvelle adresse, son Anecdote est une manière de revenir à l’essentiel et de ne pas oublier. Situé à 2km de la Grenouillère, Anecdote n'est pas une version « bis » de la Grenouillère, avec un menu dégustation plus court et une addition plus légère. Le fameux« Bistrot du Gastro » ici, il n’en est rien. Alexandre à une fois de plus un temps d’avance. A l’heure des maquereaux brulés/ oxalys ou pigeon/ betterave, il prend le parti de la tradition, du retour des sauces, des fonds, des jus, des plats fondamentaux de la cuisine française.

Son anecdote est un joyeux hommage à son père. "A part le dressage et les contenants, j’ai rien touché. Ce sont les les recettes de mon père, la carte c’est celle qu’il proposait en 1979." explique Alexandre, le grand. Le steak au poivre est flambé minute au cognac , le écrevisses à la nage sont à décortiquer soi-même, la joue de boeuf est braisée des heures, et en guise de douceur, tarte tarin et crêpes suzette d'anthologie.

"Des plats qu’on ne trouve plus, ou peut-être à Paris, oui, mais on a oublié certaines des choses qu’on faisait il y a 35 ans."

Gauthier aime nourrir son propos, même si on est déjà tout acquis. Le décor n'est pas en reste : la salle du restaurant est magnifique, le mélange de carrelage et de parquet au sol, les abats-jour faits de corde, les banquettes vertes, les couteaux sur mesure, une fois de plus rien n’est laissé au hasard. "Anecdote n'est ni trop guindé, ni trop canaille."

Qu'il regarde vers l'avenir ou s'épanche sur le passé, Gauthier est inconditionnellement dans le présent, quelle sacrée prouesse !

Suivez-nous