Il suffit de marcher rue Bailleul pour sentir l’histoire de Paris. Ces auberges cachées où l’on semble entendre Joseph Kessel tabasser un coq au vin avec son pote Henri Torres, ces étroits escaliers craquelés sous les vifs pas du peintre François Dubois tentant d’échapper aux cloches de la Saint-Barthélemy. Bref une rue à ne pas faire avec le soûlant Lorand Deutsch.  

Loin d’un passé poussiéreux, cette rue fait peau neuve. Clover Grill de Piege, La buvette de Spring et la dernière adresse en date : La Vieille reprise par l'américain Daniel Rose. Ancienne auberge tenue par Madame Adrienne, aka La Vieille. Pigé ? On ne parlera pas de la légende de la tête de veau de Jacques Chirac, L. Deutsch pourra vous en dire plus là-dessus. Dans cette auberge on s’appelait Monsieur suivi du prénom. Une adresse de sauce. 

A voir la carte, on veut garder l’esprit. Pas de chichi ni blabla : des résultats. Morteau frisée, Bulots mayo, Lentilles foie gras, Bouillon de la vieille, Blanquette de la vieille, petit pot de crème. De l’efficacité et de la gourmandise. A peu près tout l’opposé de l’époque. Et dans l’assiette, c’est juste. Le hareng pomme à l’huile insulte le hareng pomme à l’huile du café voisin.

La blanquette de veau a le bon goût de nous demander pourquoi on ne fait plus de blanquette de veau et le petit pot de crème assouvit ce que l’on attend d’un petit pot de crème, c’est à dire cette rencontre entre la cuillère et la crème. Elle se glisse lentement pour se faire happer et mourir au fond du pot. La crème doit gagner et c’est bien le cas ici, par KO.

L’agencement de l’auberge est assez inexplicable. Si la salle du bar comptoir est réussie, la salle du haut, dans des tons violet lounge, glace un peu. De Joseph Kessel on passe à Nabila Benattia. Un peu d’incompréhension. Certainement une idée d’un architecte américain de mauvais gout (en fait je l’ai vu). La vieille n’aurait pas aimé. On s’en moque, on restera au comptoir, à parler avec Kessel, Torres, Chirac et pour ceux qui voudront parler à Lorand Deutsch montez à l’étage.

SPL

©Heidinger Jean-Marie 

Suivez-nous